Largo del Gelso

La texture d’un environnement est dictée par sa stratification : c’est seulement en lisant le temps passé que l’on analyse le présent et que l’on regarde vers l’avenir. En regardant autour de soi, en plus des nombreux édifices assainis, saute aux yeux un environnement bien différent des autres. Murs écroulés, murs en pierres séchées et oliviers. Mais aussi des escaliers en pierre devant les grandes portes d’entrée, meurtrières, plâtres, signe de voûte en berceau, trous pour les poutres qui soutenaient les planchers, édicules, fenêtres et portes d’entrée encadrées d’arcs en ogive en pierre. Olivers mis en demeure depuis au moins 150 ans. Que peut vouloir dire tout cela pour le voyageur qui gravit la colline ? Observer tout cela sans apporter de réponse est la chose la plus logique, inutile de se poser des questions, les réponses peuvent être infinies. Cet environnement n’a pas été touché uniquement parce qu’il raconte son histoire, c’est un tableau abstrait où chacun trouve ce qu’il cherche. Inutile de le regarder à travers des paramètres : observez-le avec attention et puis écoutez-le, il vous murmurera sûrement quelque chose.